Unité nationale du Cameroun : un autre regard sur la diversité

Tout débute le 20 mai 1972 lorsqu’à la suite d’un référendum organisé par le président Ahmadou Ahidjo il est mis fin au système fédéral jusqu’alors en vigueur. Le Cameroun anglophone et le Cameroun francophone décident de s’unir, ce qui donna naissance à la République Unie du Cameroun.

Le 20 mai de chaque année est de ce fait considéré comme jour de fête nationale sur toute l’étendue du territoire camerounais. Il s’agit d’un moment de partage qui vise notamment à commémorer et réaffirmer le caractère indivisible de la République du Cameroun, à célébrer le respect de la diversité ethnique, culturelle et religieuse. Dans les faits la réalité est cependant toute autre. Le vivre ensemble harmonieux s’estompe derrière diverses formes de marginalisation dont les conséquences désastreuses s’étendent tant sur le plan des rapports en société que sur celui du développement du pays et d’une réelle égalité de chances.

44ème Fête de l’Unité Nationale, Yaoundé

En effet, certes moins grave que la situation qui prévaut dans certaines zones du pays mais non moins importante, un fait qui pourrait mettre en péril l’unité nationale est l’exclusion des personnes en situation de handicap. Prise au sens le plus large du terme, au delà de l’ethnie, de la religion, du genre, de la couche sociale et de la culture, la diversité s’étend à cette différenciation que l’on fait habituellement entre les personnes dites valides et celles sujettes à une déficience physique, auditive, visuelle ou encore intellectuelle. Étant confrontées à plusieurs problèmes, les personnes en situation de handicap subissent en plus une exclusion qui s’étend à quasiment tous les secteurs notamment la formation et l’emploi.

En matière de promotion de la diversité la politique d’intégration, d’inclusion et de lutte contre toutes les formes de discrimination doit en conséquence évoluer pour s’étendre aux personnes en situation de handicap, ces dernières semblant appartenir à un groupement qui leur est propre et au sein duquel la culture, la langue, le genre et l’appartenance tribale disparaissent derrière leur déficience.

Une réflexion sur “Unité nationale du Cameroun : un autre regard sur la diversité

  1. Le regard qu’offre cet article dénote bien du fait que la situation des personnes handicapées en Afrique mérite d’être solutionnée autant que l’unité nationale devrait être consolidée. Il est judicieux de le rappeler autant que nécessaire quand on sait combien la plupart des politiciens se laissent accaparer par d’autres visées qui leur sont plus prolifiques et qu’une bonne partie des populations se complairaient à exclure les handicapés si rien n’est fait pour changer les mentalités.

    Quoi qu’il en soit, merci d’avoir indiqué que la diversité n’est pas une chose qu’on devrait voir seulement au travers du prisme de l’origine. Cela dit, bonne continuation !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s