4 fausses idées sur les personnes en situation de handicap

Dans notre société force est de constater que les personnes en situation de handicap sont marginalisées et font l’objet de toutes les discriminations possibles. Ceci se justifie en partie par les nombreux préjugés que certains nourrissent au sujet des personnes handicapées.

On devient handicapé moteur à la suite d’un accident

S’il est vrai que de nombreux paraplégiques et tétraplégiques le sont suite à un traumatisme, toutes les personnes en fauteuil roulant ne le sont pas forcément des suites d’un accident. Comme c’est le cas pour un pourcentage non négligeable de personnes souffrant d’un handicap visuel et auditif, le handicap moteur peut trouver sa cause dans une maladie ou une malformation congénitale. C’est le cas par exemple en cas d’ostéogenèse imparfaite ou de paralysie cérébrale. Il peut donc arriver que dès la naissance un individu soit appelé à passer sa vie dans un fauteuil roulant, sans que cela ne soit la faute des parents ou d’une quelconque pratique « sorcellerique ».

Les personnes sourdes sont automatiquement muettes

Erreur ! L’on peut être sourd sans forcément être muet. Les deux ne vont pas toujours de paire. Une personne atteinte d’un handicap auditif peut parfaitement être en mesure de parler. La confusion naît de l’habitude que l’on a de ne pas entendre les personnes sourdes s’exprimer oralement. Elles préfèrent très souvent le langage des signes. Ceci s’explique par la difficulté qu’elles ont à entendre les sons et donc de les reproduire. Pour ceux des sourds qui s’essayent, vous constaterez qu’ils ont une intonation et un timbre de voix assez singuliers, comme un accent qui leur est propre. Le langage reste néanmoins compréhensible.

Les personnes en situation de handicap sont méchantes

C’est triste à dire, mais pour un nombre non négligeable de personnes un individu en situation de handicap est l’incarnation de la méchanceté. Si non pourquoi se retrouve-t-il sourd, muet, mal voyant ou en fauteuil roulant ? Le handicap est alors perçu comme une sorte de sanction divine,ce qui est dommage. On n’est pas handicapé parce qu’on le mérite plus qu’un autre, et ce n’est pas parce qu’on l’est qu’on se transforme en grand méchant loup. Il est vrai que certains handicapés par leurs réactions et actes peuvent laisser à le penser, mais il faut éviter de généraliser et de confondre l’aigreur ayant élu domicile chez certains à de la méchanceté pure et simple.

De nombreuses facilités sont accordées aux personnes handicapées

Il est possible au Cameroun d’avoir un carte nationale d’invalidité. Cette dernière permet d’avoir la priorité dans les transports en commun, de bénéficier de réduction sur les frais médicaux dans les établissements hospitaliers publics et d’être exonéré de certaines charges fiscales. Elle donne également la possibilité en cas d’urgence de se garer à un endroit en principe non autorisé. Mais de là à dire que de nombreuses facilités sont accordées aux personnes en situation de handicap, c’est un peu exagéré. Les discriminations sont bien plus nombreuses, surtout sur le marché du travail. Handicap et emploi au Cameroun ne font pas bon ménage, ce d’autant plus qu’aucune mesure n’est mise en place pour permettre aux personnes handicapées de s’intégrer socio-professionnellement.

Après cet article votre regard sur les personnes en situation de handicap est-il différent ?

4 réflexions sur “4 fausses idées sur les personnes en situation de handicap

  1. Bonsoir Michèle. Je viens de parcourir votre article sur les nombreuses facilités qui seraient accordées aux personnes en état d’un handicap au Cameroun.
    J’avoue que je ne partage pas le passage qui fait allusion aux priorités dont bénéficient ces personnes dans les transports en commun et autres.
    Voyez-vous, il m’est arrivé un jour de rencontrer un bus de transport en commun de la ville de Yaounde au niveau du Collège Montesquieu précisément. Il était garé pour laisser des passagers en descendre.
    J’étais ahuri lorsque mes yeux ont eu la malencontreuse occasion d’apercevoir un autocollant sur une des portières vitrées de cette locomotive.
    Y figurait un fauteuil roulant barré d’un grand trait rouge. Comme pour dire que les personnes en état de handicap n’étaient pas admises dans ce moyen de transport pourtant commun.
    Était-ce à dire que le label « commun » n’était réservé qu’aux personnes dites « valides » pour exprimer celles dites non handicapées ?
    Rendons nous à l’évidence que la réalité n’est pas toujours ce que disent les textes, ou pensent certaines personnes !
    Bon après-midi à vous …

    J'aime

    1. Déjà merci d’avoir parcouru le blog et de laisser votre avis que je respecte. L’article porte sur 4 fausses idées sur le handicap et non sur les facilités accordées aux personnes qui le sont 😉. Celà dit, je pense avoir précisé que de penser que des facilités sont accordés aux personnes en situation de handicap est une fausse idée, ou tout du moins qui n’a pas la portée que certains imaginent. Lorsque je parle de LA PRIORITÉ DANS LES TRANSPORTS EN COMMUN, au niveau des agences de voyage qui respectent cette obligation prévue par la loi, les personnes en situation de handicap quelque soit leur numéro de ticket entre dans le bus en priorité et choisissent la place qui leur conviendra le mieux. Expérience vécue… , mais on ne fera pas de publicité 😊. Après l’accessibilité des bus et autres moyens de transport en commun devrait être revue, et des actions menées dans le sens de faire connaître aux personnes en situation de handicap leurs droits, aussi minime qu’ils puissent être.

      J'aime

      1. Bonjour Michèle et merci d’avoir réagi à mon commentaire.
        Je n’en disconviens pas que vous ayez vécu une ou des expériences qui vous confortent à l’idée que « certains » moyens de transport en commun s’efforcent à respecter la loi en vigueur.
        Malheureusement cette ou ces expériences vécues par vous ne sont pas généralisées pour toutes les personnes dans votre état de handicap. Je le dis parce que moi aussi j’ai vécu des expériences où la loi n’était pas respectée.
        Et je me dis que beaucoup de personnes en état d’un handicap comme nous autres ont vécu des expériences où la loi sur la protection et la promotion des personnes en état d’un handicap au Cameroun n’est pas pas justement respectée.
        Que dit-elle précisément en son Article 35, Alinéa 1 ?
        Que : « Les personnes handicapées titulaires d’une carte nationale d’invalidité, bénéficient des mesures préférentielles dans les transports publics et privées, notamment:
        – la réduction des tarifs ;
        – la priorité à l’embarquement et au débarquement ;
        – les places réservées. »
        Alors au regard de ce dispositif légal, voit-on régulièrement ces précisions être respectées ? Que non !
        Puisqu’à peine un bus parvenu en gare, que les gens se précipitent à sortir sans tenir compte de la priorité à accorder à une personne sous Handicap qui se trouverait parmi les passagers.
        Pareille pour la réduction des tarifs pratiquement inexistante, notamment dans les moyens de transports privés . On vous demandera si c’est le gouvernement qui leur achète ces bus.
        Il y a donc beaucoup de choses à faire pour améliorer les facilités accordées par la loi aux personnes en état d’un handicap. Je pourrais m’exprimer davantage sur le sujet puisque doter d’une « force de l’expérience » qui me permet de parler d’un vécu assez fourni depuis plus d’une dizaine d’année de handicap accidentel.
        Bon réveil à vous, et excellente journée je vous la souhaite.
        Bachirou Ndam.

        J'aime

  2. Bonsoir Bachirou

    Si le combat est celui de permettre que les droits propres aux personnes en situation de handicap soient reconnus de tous les cas dans lesquels ils sont respectés ne méritent-ils pas d’être relevés pour justement amener les autres à suivre le même exemple ? Je pense que toutes les personnes en situation de handicap quelqu’il soit souhaitent qu’on parvienne à la création d’une société inclusive. Se plaindre et relever ce qui ne va pas c’est bien, mais comme dans toute relation humaine apprécier des efforts aussi minimes soient-ils permet à l’autre de se dépasser et de vouloir faire mieux.

    Pour ce qui est de l’exemple pris selon lequel à l’arrêt les passagers se ruent à l’extérieur sans tenir compte des passagers plus ou moins invalides, en quoi sortir le premier ou le dernier d’un bus est important ? La priorité à l’embarquement me semble plus importante. Cela dit je suis d’avis que les mentalités doivent être changées ainsi que la perception que les uns et les autres ont du handicap, mais évitons de verser dans la critique à tout vent. À la place ouvrons nous au monde et éduquons sur le sujet. Aussi, entre personnes en situation de handicap je trouve ça un peu dommage de parler de « Force de l’expérience ». Ne pas relever ses échecs, ses désillusions ou ses expériences désagréables ne signifient pas qu’il n’y en a pas eu… Dans votre cas vous soulignez être passé d’un état de valide à celui d’invalide suite à un accident, il y en a qui n’ont jamais eu ce plaisir de marcher ou de sentir leurs membres inférieurs…

    Au plaisir

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s