Maltraitance des personnes à mobilité réduite : un mal qui prend de l’ampleur

Les personnes handicapées en général et celles à mobilité réduite en particulier font de plus en plus l’objet de maltraitance. Chose curieuse, les « bourreaux » ne sont pas des inconnus, mais très souvent des personnes auxquelles elles sont liées par le sang. Un mal qui tend à prendre de l’ampleur et qui mérite que l’on s’y attarde.

Disparition des parents et maltraitance des personnes à mobilité réduite

Pour la plupart des cas recensés, la maltraitance des personnes à mobilité réduite débute lorsque les parents sont malheureusement emportés par la mort. Les pères ne sont pas en reste, mais les mamans sont généralement celles qui se chargent de tout, toilette, repas, aide aux besoins. Le paraplégique ou le tétraplégique devient « sa charge », elle s’en occupe autant que s’il s’agissait d’un bébé.

Dans les cas où les autres membres de la famille en l’occurrence les frères et sœurs sont très peu impliqués dans la gestion du quotidien de la personne en situation de handicap, difficile après le départ des parents de prendre la relève. Certains font appel aux services d’une aide à domicile, mais au Cameroun combien de ménages peuvent financièrement se le permettre ? Pour d’autres qui sont dans l’impossibilité de le faire la situation tourne au cauchemar pour le paraplégique ou le tétraplégique.

Maltraitance des personnes à mobilité réduite, en quoi consiste-t-elle exactement ?

La maltraitance des personnes à mobilité réduite ne rime pas forcément avec violence physique. Mais serait-ce vraiment le pire de recevoir des coups quand on a des troubles sensitifs ? En effet, comme expliqué dans cet article, une personne en situation de handicap n’est pas seulement plus ou moins paralysée selon qu’elle soit paraplégique ou tétraplégique. Ce que j’ai choisi de présenter comme de la maltraitance s’exprime sous d’autres formes.

La privation de nourriture est l’acte de maltraitance des personnes à mobilité réduite le plus fréquent. Comment le qualifier autrement lorsqu’on choisi de laisser un être humain affamé durant une journée entière ? La chose pourrait se comprendre si la diète s’imposait à toute la maison par manque de moyens financiers, mais difficile de l’expliquer lorsque certains s’alimentent et d’autres pas.

On peut également voir dans l’absence de soins corporels un acte de maltraitance des personnes à mobilité réduite. Certaines révèlent avoir fini par s’habituer à leur propre odeur corporelle, car faisant très souvent plusieurs jours d’affilée sans prendre une douche. Chez d’autres l’absence de soins corporels va plus loin. Totalement dépendant pour tous les actes du quotidien, ils passent des heures et parfois la journée entière avec une couche ou un vêtement trempé par l’urine ou pire encore.

Maltraitance des personnes à mobilité réduite, quelles solutions ?

La maltraitance des personnes à mobilité réduite est une situation pour laquelle il serait difficile de trouver des solutions tant que les personnes concernées choisiront de garder le silence. On entend très souvent dire « Ils font de leur mieux, je suis conscient de la difficulté qu’il y a à prendre soin d’un adulte en situation de handicap », « Qu’est ce que ça changerait que je me plaigne et vers qui me tourner ? », « Je ne souhaite pas créer plus de problèmes que je n’en crée déjà ».

Si le concept de bientraitance peine à être intégré dans les mentalités d’une grande partie de la population, de se tourner vers les institutions en charge des personnes socialement vulnérables comme l’est le paraplégique ou le tétraplégique peut être un début de solution pour les familles qui peinent à prendre soin de leur proche en situation de handicap. Certaines associations comme PROMHANDICAM ou le Mouvement de Solidarité aux Handicapés du Cameroun peuvent également être appelées au secours.

La maltraitance des personnes à mobilité réduite devrait intéresser et interpeller tout un chacun. Malgré le handicap moteur plus ou moins lourd qui est notre, nous restons des êtres humains qu’un acte peut « guérir » ou occasionner des dégâts pires que le fait d’être handicapé.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s